Les chirurgies

Chirurgie ouverte : laparotomie

La laparotomie est la voie d’abord classique, elle conserve à l’heure actuelle de nombreuses indications du fait de la taille de la pièce opératoire ou du type de pathologie (exemple cancer de l’ovaire étendu). Il faut compter un minimum de 4 jours d’hospitalisation en post opératoire.

Cette chirurgie contre indique la pratique d’un sport pendant un minimum d’un mois afin d’éviter le risque d’éventration.

Chirurgie coelioscopique

Elle consiste à opérer par vidéochirurgie. On introduit dans l’abdomen distendu par du gaz, une caméra ainsi que 2 ou 3 instruments par des orifices cutanés de 5 à 10 mm.

Les pièces opératoires sont ensuite extraites par l’un des orifices cutanés après ponction s’il s’agit d’un kyste liquidien ou morcellation s’il s’agit d’un fibrome ou de l’utérus. L’utérus peut également être retiré par les voies naturelles.

Cette chirurgie peut également dans certaines indications être réalisée en single port en utilisant un seul trocart permettant d’améliorer le résultat esthétique.

La durée d’hospitalisation post opératoire varie, selon le type de chirurgie de 1 à 4 jours.

Chirurgie par voie vaginale

La chirurgie vaginale est réservée à la chirurgie du prolapsus et à l’hystérectomie (ablation de l’utérus). Elle permet d’éviter des cicatrices visibles et l’ensemble des complications liées à l’ouverture du ventre.

Néanmoins la réalisation d’une hysterectomie par voie naturelle nécessite le plus souvent d’avoir déjà accouché, et peut ne pas être réalisable en cas d’utérus trop volumineux. On préférera dans ce cas la voie coelioscopique ou en cas de très volumineux utérus, une laparotomie.

Chirurgie avec assistance robotique

La chirurgie robotique correspond à une chirurgie coelioscopique robot-assistée. L’intervention débute comme une coelioscopie classique puis les instruments sont reliés au robot qui sera piloté par le chirurgien installé dans la console qui se situe dans la même pièce. De plus, un assistant  reste habillé avec la patiente durant toute la procédure. Le chirurgien bénéficie alors d’une vision en trois dimensions et de la dextérité du robot permettant des mouvements dans les trois plans de l’espace. (Robot utilisé : Da Vinci SI)

L’utilisation du robot facilitant la procédure, permet de repousser les limites de la coelioscopie notamment en cancérologie pelvienne ou pour des cures de prolapsus difficiles.

Cette chirurgie peut également dans certaines indications être réalisée en  single port en utilisant un seul trocart permettant d’améliorer le résultat esthétique.

Hystéroscopie opératoire

L’hystéroscopie opératoire consiste à traiter les lésions de l’intérieur de l’utérus par les voies naturelles, sans ouvrir le ventre ni l’utérus, à l’aide d’un hystéroscope introduit par le vagin puis dans l’utérus par le col et comportant une caméra et une petite anse de résection. Celle-ci permet après avoir distendu l’utérus par du sérum,  de réséquer en formant des copeaux les fibromes, polypes ou la muqueuse de l’utérus à l’aide d’une énergie électrique.

Elle permet également de traiter les cloisons ou synéchies en adaptant alors une petite lame électrique. Cette chirurgie dure de 30 à 45 min est et le plus souvent réalisée en ambulatoire.